Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Bilan régional. Pointe-du-Lac–Deschambault. Zone d’intervention prioritaire 12.

Robitaille, J. (1998). Bilan régional. Pointe-du-Lac–Deschambault. Zone d’intervention prioritaire 12. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Robitaille_1998_Pointe-du-Lac-Deschambeault_ZIP_bilan_zone-prioritaire-12_A.pdf

Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Le secteur Pointe-du-Lac–Deschambault (ZIP 12) correspond à la partie amont du secteur d’étude Trois-Rivières–Bécancour. Cette section du Saint-Laurent marque l’apparition des marées, qui engendrent deux fois par jour des variations du niveau d’eau. Ces marées d’eau douce ont cependant peu d’amplitude et n’affectent pas de façon marquée les habitats riverains, qui présentent une structure et une composition semblables à ce qu’on observe dans les portions du Saint-Laurent sises en amont. L’occupation humaine du territoire s’est faite surtout à partir de Trois-Rivières, un avant-poste établi pour la traite des fourrures qui est devenu un centre de sidérurgie à la suite de la découverte d’un gisement de fer. L’exploitation forestière et l’industrie des pâtes et papiers, alimentées via la rivière Saint-Maurice par les immenses étendues boisées de l’arrière-pays, ont longtemps soutenu l’économie de la Mauricie. La création d’un nouveau foyer industriel à Bécancour, conjuguée à un ralentissement dans le secteur des pâtes et papiers, ont enlevé de la vigueur à l’économie trifluvienne au cours des dernières décennies. Les industries du secteur, surtout papetières et sidérurgiques, ont contribué à la contamination du Saint-Laurent et de ses affluents. Cependant, les conditions d’écoulement dans l’estuaire fluvial n’ont pas permis d’accumulation importante des substances toxiques dans les sédiments, sauf dans les zones portuaires et à l’embouchure de certaines rivières. Les industries ont pour la plupart pris des mesures pour assainir leurs effluents. Une partie importante de la population riveraine est maintenant desservie par des réseaux collecteurs d’eaux usées et des stations d’épuration. Cependant, la qualité bactériologique de l’eau laisse encore à désirer, notamment à proximité de Trois-Rivières, et les activités de contact (baignade, motomarine, ski nautique, planche à voile) sont déconseillées. L’aménagement et l’utilisation du chenal de navigation semblent avoir affecté les ressources halieutiques de cette partie du Saint-Laurent. Plusieurs espèces de poissons circulant entre l’eau douce et l’eau salée pour compléter leur cycle vital auraient subi des baisses marquées de leur abondance. La pêche commerciale est encore pratiquée dans le secteur mais les espèces les plus importantes pour cette activité (Esturgeon jaune, Anguille d’Amérique, Perchaude) seraient en difficulté. Le secteur est bien pourvu en attraits touristiques; les paysages offerts par le fleuve et ses falaises sont appréciés. Cependant, la répartition des points d’intérêt et des équipements récréo-touristiques est inégale. Par ailleurs, il n’existe pas de véritable réseau touristique intégré qui permette de tirer le meilleur parti possible de ces atouts. Le développement de services au plaisanciers semble promis à la croissance. Le parc de l’île Saint-Quentin, très fréquenté jusqu’aux années 1970 mais délaissé par la suite, connaît une nouvelle vie. Des mesures ont été prises pour protéger ses berges et les composantes naturelles du site sont l’objet d’interprétation. La popularité du site semble paver la voie à des projets de même nature.

The Pointe-du-Lac–Deschambault area (ZIP 12) corresponds to the upstream portion of the Trois-Rivières–Bécancour study area. The appearance of the tide in this stretch of the St. Lawrence River provokes twice-daily water-level variations. The amplitude of these freshwater tides is weak, however, so their effect on riparian habitats, whose structure and composition resembles those of areas upstream, is minimal. Trois-Rivières grew from an outpost for the fur trade into an iron and steel centre after the discovery of a vein of iron ore. Fueled by timber in the hinterlands floated down the Saint-Maurice River, forestry and the pulp and paper industry were long the backbone of the economy in the Mauricie. With the establishment of Bécancour as a new industrial centre, and the slowdown in the pulp and paper industry, the area's economic vigour has been dimmed over the last few decades. Area industries, especially pulp and paper and steel, contributed to the contamination of the St. Lawrence River and its tributaries. However, flow conditions in the estuary are such that large amounts of toxic substances have not accumulated in sediment, except in port areas and at the mouths of some rivers. Most industries have undertaken wastewater treatment measures. A large portion of the riverside population is now serviced by wastewater sewer systems and treatment plants. Nonetheless, the bacteriological quality of the water still leaves much to be desired, especially near Trois-Rivières, and activities involving contact with the water (swimming, sea-dooing, water skiing, sailboarding) are discouraged. Development and use of the ship channel appear to have affected the fishery resources in this section of the St. Lawrence River. Several species of fish which move from fresh water to salt water to complete their life cycle have suffered drastic declines in abundance. The commercial fishery has survived, but the most important species (Lake sturgeon, American eel, Yellow perch) are experiencing difficulty. The study area does have a number of tourist attractions, including its riverscapes, although the distribution of points of interest and the necessary recreation and tourist facilities is uneven. Moreover, there is no integrated tourist network set up to show the area's assets off to best advantage. Growth in the area of services for pleasure boaters is promising. The park on Saint-Quentin Island, popular up until the 1970s, and thereafter disregarded, has now been «rediscovered.» Measures have been taken to protect island banks and the natural elements of the site are interpreted for visitors. The island's popularity appears to be paving the way for other projects of this type.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 119
Éditeur: Environnement Canada – région du Québec, Conservation de l’environnement, Centre Saint-Laurent
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Pointe-du-Lac–Deschambault, Saint-Laurent, Marée d'eau douce, Économie, Substances toxiques, Sédiments, Qualité de l'eau, Pêche commerciale, Récréo-tourisme // Pointe-du-Lac–Deschambault, St. Lawrence, Tide, Economy, Toxic substances, Sediments, Water quality, Commercial fishery, Recreation and tourism
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.5. Société, qualité de vie, santé, sécurité
1. Laboratoire de développement durable > 1.6. Économie, emplois, biens et services
2. Milieu physique > 2.4. Hydrologie
6. Milieu humain > 6.4. Industrialisation
7. Usages > 7.1. Pêche
7. Usages > 7.7. Tourisme
8. Impacts et monitoring > 8.1. Qualité de l’eau
Date de dépôt: 03 janv. 2017 15:47
Dernière modification: 03 janv. 2017 15:47
ISBN: 0-662-82859-3
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/1004

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.