Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Emergence of New Explanator Variales for 2D Haitat Modelling in Large Rivers : The St. Lawrence Experience

Morin, J. et Champoux, O. et Mingelbier, M. et Bechara, J. A. et Secretan, Y. et Jean, M. et Frenette, J.-J. (2003). Emergence of New Explanator Variales for 2D Haitat Modelling in Large Rivers : The St. Lawrence Experience. Canadian Water Resources Journal , 28 (2). p. 1-24. DOI: 10.4296/cwrj2802249.

Ce document n'est pas hébergé sur Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre.

Résumé

The St. Lawrence River is one of the most important large rivers in North America. This 600–km long watercourse is characterized by a high degree of physical heterogeneity, including fast moving narrow reaches separated by fluvial lakes reaching 10 km in width. The mean annual discharge from the outflow of Lake Ontario is 7500 m3/s and has been managed for hydropower and transportation since the 1960s. With the management plan currently under review an effort is being made to include criteria that take into account the impacts of regulation on the biotic components of the river ecosystem. High resolution 2D spatial modelling of river habitats and floodplains is a powerful tool to make quantitative impact assessments of the biota. Physical variables commonly used in habitat models include depth, velocity and substrate size. In addition, other abiotic variables such as wind– generated wave stress, light penetration, water temperature, sedimentation of fine particles, specific discharge and bottom slope, that define the local ‘hydroperiod’ have been suggested. Our proposed approach integrates abiotic data obtained from numerical models, field measurements and biological information to overcome problems inherent in temporally and spatially heterogeneous river systems. This approach was tested with a habitat model applied to submerged aquatic vegetation, various categories of wetlands, benthic organisms and various life stages of a number of fish species. Logistic regression is the statistical model currently used to synthesize the relationships between abiotic and biotic factors. The short–term objective of this modelling exercise in the St. Lawrence River is to understand the underlying links between fluvial physics and biota. A longer–term objective is to provide a real–time analysis of key variables and to quantify the links between trophic levels.

Le fleuve Saint–Laurent est une des plus importantes rivières d’Amérique du nord. Son parcours de plus 600 km est caractérisé par une forte hétérogénéité spatiale, puisque composé d’une succession de tronçons relativement étroits et de lacs fluviaux de plus de 10 km de largeur. Le débit moyen annuel sortant des Grands Lacs est de 7500 m³/s. Celui–ci est régularisé depuis les années 1960 et le plan de gestion fait actuellement l’objet d’une révision pour ajouter des critères tenant compte des impacts sur le milieu aquatique. La modélisation 2D à haute résolution spatiale des habitats du fleuve et de sa plaine inondable est un outil privilégié pour apporter des réponses quantitatives aux impacts du milieu physique sur les ressources fauniques et floristiques. Les variables traditionnelles de la modélisation des habitats que sont les courants, la profondeur et le type de substrat sont utilisées. Afin d’adapter la modélisation des habitats à des contextes variés, de nouvelles variables abiotique sont été développées parmi lesquelles on retrouve les contraintes des vagues générées par les vents, la pénétration de la lumière, la température de l’eau, la sédimentation des particules fines, le débit spécifique, la pente du fond ainsi que des variables reliées à l’« hydropériode » locale. Les relations entre habitats et facteurs abiotiques ont été évaluées statistiquement à l’aide de régressions logistiques. La modélisation des habitats a été appliquée à plusieurs compartiments du vivant, tels que les macrophytes submergés, plusieurs classes de milieux humides et diverses espèces de poissons à certains stades de vie critiques. L’approche actuelle intègre les données provenant de la modélisation numérique des facteurs physiques, de la caractérisation du terrain et d’échantillonnages d’organismes vivants, elle permet de simplifier des problèmes complexes reliés à l’hétérogénéité spatiale et aux échelles temporelles inhérentes aux milieux naturels. L’objectif de la modélisation du fleuve est de comprendre les liens entre la physique et les habitats de la faune et la flore et afin de soutenir un suivi fiable de l’écosystème.

Type de document: Article scientifique
Statut du texte intégral: Autre
Mots-clés libres: St. Lawrence River, Floodplains, Habitat model, Biotic components, Abiotic factors // Fleuve Saint-Laurent, Milieu aquatique, Modélisation des habitats, Composantes biotiques, Variables abiotiques
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.7. Environnement, écologie, écosystème
2. Milieu physique > 2.4. Hydrologie
3. Végétation, milieux humides
4. Faune
8. Impacts et monitoring > 8.7. Modélisations et indicateurs
Date de dépôt: 08 avr. 2017 15:27
Dernière modification: 08 avr. 2017 15:27
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/1111

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.