Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Gestion intégrée de l'eau par bassin versant : concepts et application

Ministère de l'Environnement (2004). Gestion intégrée de l'eau par bassin versant : concepts et application. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Bassins_versants_2004_concepts.pdf

Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Le terme bassin versant (ou bassin hydrographique) désigne le territoire sur lequel toutes les eaux de surface s’écoulent vers un même point appelé exutoire du bassin versant. Ce territoire est délimité physiquement par la ligne de partage des eaux. L’homologue souterrain du bassin versant est appelé bassin versant souterrain. Il désigne la zone dans laquelle toutes les eaux souterraines s’écoulent vers un même exutoire ou groupe d’exutoires. La gestion intégrée de l’eau par bassin versant est un processus qui favorise la gestion coordonnée de l’eau à l’intérieur des limites d’un bassin versant en vue d’optimiser, de manière équitable, le bien-être socioéconomique qui en résulte, sans pour autant compromettre la pérennité d’écosystèmes vitaux. La gestion intégrée de l’eau par bassin versant est donc un concept très large. Par conséquent, chaque pays l’applique en l’adaptant selon la nature et l’intensité des problèmes liés à l’eau, les ressources humaines, les capacités institutionnelles, les forces et les caractéristiques relatives des acteurs de l’eau, le paysage culturel et les conditions naturelles qui lui sont propres. La gestion intégrée de l’eau par bassin versant peut concerner plusieurs domaines de préoccupation. Citons, à titre d’exemple, l’approvisionnement en eau, le contrôle de la qualité de l’eau, la gestion des risques associés aux aspects quantitatifs de l’eau, le contrôle des sédiments, la préservation de la biodiversité ainsi que la préservation des habitats et des activités récréatives. Ces préoccupations sont souvent inter reliées et quelquefois en compétition. Dans une certaine mesure, les objectifs pour lesquels un bassin versant est géré dépendent de l’environnement physique et socioéconomique du bassin en question. Par conséquent, la gestion intégrée de l’eau par bassin versant donne parfois lieu à un processus de prise de décision complexe et à un arbitrage délicat. La mise en œuvre de la gestion intégrée de l’eau par bassin versant nécessite trois types de planification : l’une à l’échelle de l’État, l’une à l’échelle des bassins versants et l’autre à l’échelle du projet. La planification à l’échelle de l’État est assurée par les instances gouvernementales. Elle vise à mettre en place les conditions politiques, administratives et légales qui en assurent le succès sur tout le territoire de l’État. Ces conditions sont, notamment, le découpage du territoire en grands ensembles de bassins versants, l’élaboration d’un cadre de gestion, l’élaboration d’un cadre financier, l’ajustement des structures administratives et de la législation, l’adaptation des politiques et des programmes gouvernementaux au contexte de la gestion intégrée de l’eau par bassin versant, et la formation du personnel affecté au soutien des organismes de bassins versants. La planification à l’échelle des bassins versants est assurée par les organismes de bassins versants en partenariat avec les acteurs de l’eau. Elle vise trois buts : (1) déterminer les solutions (projets formels et activités diverses) qui permettront d’atteindre les objectifs visés pour la protection, la restauration ou la mise en valeur de l’eau; (2) concevoir les projets réalisables par l’organisme de bassin versant pour le compte de l’ensemble des acteurs de l’eau, y compris les résidents; (3) coordonner les actions entreprises dans le cadre de certains projets avec celles qui ont lieu dans les bassins versants adjacents. Elle comprend 6 étapes, à savoir : (1) l’analyse du bassin versant; (2) la détermination des enjeux et des orientations; (3) la détermination des objectifs et le choix des indicateurs; (4) l’élaboration d’un plan d’action; (5) la mise en œuvre du plan d’action; et (6) le suivi et l’évaluation du plan d’action. La planification à l’échelle du projet est assurée par les acteurs de l’eau, soit les organismes privés et publics, et par les individus. Elle vise à concevoir et à réaliser les projets qui ont été déterminés de façon concertée par l’organisme de bassin versant pour atteindre les objectifs visés pour la protection, la restauration ou la mise en valeur de l’eau. Le succès de la gestion intégrée de l’eau par bassin versant n’est possible que si toutes les parties intéressées (de l’État jusqu’aux acteurs locaux, lesquels ont des représentants au sein des organismes de bassins versants) renforcent leurs capacités en conséquence. Les buts du renforcement des capacités ne sont cependant pas les mêmes à l’échelle de l’État et à celle des organismes de bassins versants. Le renforcement des capacités à l’échelle de l’État a pour but de : (1) créer un contexte favorable dans lequel les individus, les groupes et les organisations assument leurs fonctions adéquatement; (2) définir les rôles institutionnels et les fonctions administratives; et (3) favoriser le développement d’instruments et d’outils de gestion appropriés. Il peut comprendre, entre autres, la mise en place ou la modification de lois, de règlements et de mécanismes permettant d’intégrer les opinions et les intérêts variés des secteurs impliqués dans le processus décisionnel; la clarification des responsabilités des différents acteurs de l’eau; la mise en place de mécanismes de coordination et de systèmes de communication et d’information adéquats et le développement d’outils de gestion. Par contre, à l’échelle des organismes de bassins versants, le renforcement des capacités vise à mettre en place les fondements nécessaires pour soutenir les changements de comportement à l’intérieur du bassin versant. En effet, gérer l’eau par bassin versant, c’est travailler avec les gens afin qu’ils soient en mesure, à court et à long termes, de prendre des décisions judicieuses concernant l’avenir du bassin dans lequel ils vivent. Le renforcement des capacités pourrait se faire grâce à l’élaboration d’un plan de communication, à la mise en place d’un programme de sensibilisation et de formation et au développement d’outils techniques et de gestion.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 58
Éditeur: Ministère de l'Environnement du Québec
Lieu de publication: Québec
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Eau, Bassin versant, Gestion intégrée, Étapes de la planification, Acteurs de l'eau, Renforcement des capacités, Arbitrage, Écologie, Socio-économie, Hydrologie, Écosystème
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.5. Société, qualité de vie, santé, sécurité
1. Laboratoire de développement durable > 1.6. Économie, emplois, biens et services
1. Laboratoire de développement durable > 1.7. Environnement, écologie, écosystème
2. Milieu physique > 2.4. Hydrologie
8. Impacts et monitoring > 8.1. Qualité de l’eau
Date de dépôt: 26 févr. 2017 15:35
Dernière modification: 08 nov. 2017 21:09
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/1125

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.