Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Changes to the wetlands of the St. Lawrence River from 1970 to 2002

Jean, M. et Létourneau, G. (2011). Changes to the wetlands of the St. Lawrence River from 1970 to 2002. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Jean & Létourneau_2011_Changes_Wetlands_StLawrenceRiver_1970-2002_A.pdf

Télécharger (13MB) | Prévisualisation

Résumé

The main aim of the present work is to support the Monitoring the State of the St. Lawrence River Program by laying the groundwork for recurring monitoring of the wetlands along the St. Lawrence River. More specifically, this involves monitoring changes in wetland area, examining wetland dynamics, and identifying the outcome of recent pressures on these significant ecosystems. The analysis draws on large-scale published studies aimed at taking stock of the wetland losses along the St. Lawrence River (Groupe Dryade 1981; Environment Canada 1985; Robitaille et al. 1988; Marquis et al. 1991; Gosselin 2003). We were able to compare the results obtained earlier to the most recent data. We harmonized the legends of the maps published by Groupe Dryade (1980) and by Létourneau and Jean (2005, 2006a, 2006b, 2006c), and we documented marsh and swamp dynamics between the 1970s and 2000–2002. Our results show that wetland dynamics of the period from the 1970s to 2000–2002 are very different from the situation observed between 1945 and the 1970s. More specifically, the area of marshes and swamps (excluding shallow water areas) increased slightly between 1990–1991 and 2000–2002. These environments occupied an area of 28 228 hectares (ha) in 1990–1991 compared with 28 992 ha in 2000–2002, which represents an increase of 764 ha or 2.7%. The sector-by-sector results provide a different picture of wetland dynamics, however. Net losses were observed in the Montréal–Longueuil area as well as around Lake Saint-Pierre. In contrast, significant gains were recorded in the fluvial estuary, the upper estuary and part of the lower estuary. This report provides an overview of the dynamics of the different components of the St. Lawrence wetlands and shows that several factors, including water levels and tides, can have a major effect on estimates of wetland area. Many changes occurring within the river’s wetlands underscore the dynamic character of these ecosystems. In several sectors along the St. Lawrence, there is a drying trend within wetlands. Although this may be a natural trend, we can postulate that the drop in water levels recorded over the past 10 years, as well as eutrophication, may have accelerated this phenomenon. The findings of the past decade appear encouraging. Conservation and restoration efforts carried out along the St. Lawrence by many different organizations have borne fruit. For example, the creation of national wildlife areas and migratory bird sanctuaries along the river has played a key role in the preservation of wetlands. However, this does not detract from the finding that the wetlands still face strong pressures. Continued vigilance is in order, and only through long-term commitment to continuing this monitoring effort can we secure the information needed to guide decision making and actions.

Le présent exercice vise principalement à contribuer au Programme Suivi de l’état du Saint-Laurent par la mise en place d’un suivi récurrent des milieux humides du fleuve Saint-Laurent. Son objectif est de surveiller l’évolution de la superficie des milieux humides, de rendre compte de la dynamique de ces milieux et de mettre en lumière le résultat des pressions récentes qui s’exercent sur ces écosystèmes d’importance. Ce projet s’inspire d’importants travaux publiés qui visaient à comptabiliser les pertes en milieux humides survenues le long du fleuve Saint-Laurent (Groupe Dryade, 1981; Environnement Canada, 1985; Robitaille et al., 1988; Marquis et al., 1991; Gosselin, 2003). Nous avons réussi à comparer les résultats antérieurs aux données les plus récentes. Nous avons harmonisé les légendes des cartographies publiées par le Groupe Dryade (1980) et Létourneau et Jean (2005, 2006a, 2006b, 2006c), et nous avons documenté la dynamique des marais et des marécages entre les années 1970 et 2000-2002. Nos résultats montrent que la dynamique des milieux humides durant la période entre les années 1970 et 2000-2002 est très différente de celle enregistrée entre 1945 et les années 1970. Plus précisément, la superficie des marais et marécages (excluant les eaux peu profondes) a légèrement augmenté entre 1990-1991 et 2000-2002. Ainsi, ces milieux occupaient 28 228 hectares (ha) en 1990-1991 et 28 992 ha en 2000-2002, une augmentation de 764 ha ou 2,7 p. 100. Les résultats sectoriels montrent cependant des dynamiques différentes. Des pertes nettes de milieux humides sont observées dans le secteur Montréal-Longueuil de même qu’au lac Saint-Pierre. À l’opposé, d’importants gains sont enregistrés dans l’estuaire fluvial, le moyen estuaire et une partie de l’estuaire maritime. Ce travail met en lumière la grande dynamique des faciès des milieux humides du Saint-Laurent où plusieurs facteurs, dont les niveaux de l’eau et les marées, peuvent avoir un effet important sur l’estimation des superficies. Par ailleurs, de nombreux changements survenus au sein même des milieux humides renforcent l’image dynamique de ces écosystèmes. On remarque dans plusieurs secteurs du fleuve une tendance vers l’assèchement relatif des milieux humides. Bien que cette tendance puisse être naturelle, il nous est permis d’émettre l’hypothèse que la baisse des niveaux d’eau enregistrée durant les dix dernières années, ainsi que l’eutrophisation, aient pu avoir un effet accélérateur sur ce phénomène. Le constat des dix dernières années nous semble encourageant. Les efforts de conservation et de restauration, réalisés le long du Saint-Laurent par de multiples organisations, ont porté des fruits. Parmi ceux–ci, la création, le long du Saint-Laurent, des réserves nationales de faune et des refuges d’oiseaux migrateurs a marqué une étape déterminante dans la préservation des milieux humides. Cela ne diminue en rien, toutefois, le constat que les milieux humides subissent encore d’importantes pressions. La vigilance est de rigueur et seul un engagement à long terme de poursuivre un tel suivi pourra fournir de l’information permettant de statuer en la matière et d’orienter les actions.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 318
Éditeur: Environment Canada, Science and Technology Branch, Water Quality Monitoring and Surveillance
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Wetlands, St. Lawrence river, Wetlands dynamics, Pressure on ecosystems, Marshes, Swamps, Lake St-Pierre, Montreal, Water level, Conservation // Milieux humides, Fleuve Saint-Laurent, Dynamique des milieux humides, Marais, Marécages, Lac Saint-Pierre, Montréal, Conservation
Sujets: 3. Végétation, milieux humides > 3.3. Marais
3. Végétation, milieux humides > 3.5. Marécage
5. Aménagements > 5.2. Conservation de l’habitat
8. Impacts et monitoring
8. Impacts et monitoring > 8.2. Études de suivi
Date de dépôt: 18 avr. 2017 20:02
Dernière modification: 18 avr. 2017 20:02
ISBN: 978-1-100-18518-7
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/1178

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.