Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Qualité de l’eau des tributaires du lac Saint-Pierre : évolution temporelle 1979-2014 et portrait récent 2012-2014

Simoneau, M. (2017). Qualité de l’eau des tributaires du lac Saint-Pierre : évolution temporelle 1979-2014 et portrait récent 2012-2014. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Simoneau_2017_Qualite_eau_tributaires_LSP_1979-2014_A.pdf

Télécharger (16MB) | Prévisualisation

Résumé

Site exceptionnel reconnu en 1998 comme zone humide d’importance internationale selon la Convention de Ramsar, le lac Saint-Pierre a aussi été désigné en 2000 comme Réserve mondiale de la biosphère par l’UNESCO. Toutefois, l’état de santé de l’écosystème du lac est source de préoccupation depuis plusieurs années en raison des pressions humaines qu’il subit. La qualité de l’eau de ses tributaires et la perte d’habitats de qualité dans sa plaine inondable exercent une profonde influence sur la vie aquatique qui y règne, de même que sur ses possibilités de développement et de mise en valeur. Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques effectue depuis plusieurs années un suivi de la qualité de l’eau du fleuve à trois stations situées en amont du lac Saint-Pierre, à la hauteur de Tracy, ainsi qu’à trois stations situées en aval du lac Saint-Pierre, à la hauteur du pont Laviolette, à Trois-Rivières. Il suit aussi la qualité de l’eau de onze tributaires qui se déversent directement dans le lac Saint-Pierre. Ce sont les rivières La Chaloupe, Bayonne, Chicot, Maskinongé, du Loup, Petite Yamachiche et Yamachiche, sur la rive nord du lac, ainsi que les rivières Richelieu, Yamaska, Saint-François et Nicolet, sur la rive sud. Un portrait de l’évolution temporelle de la qualité de l’eau est présenté pour huit tributaires ayant fait l’objet d’un suivi régulier de 1979 à 2014. Un portrait de la situation actuelle de la qualité de l’eau du fleuve et des tributaires du lac Saint-Pierre est aussi brossé à partir des données récentes 2012-2014. Les résultats obtenus pour les stations du fleuve situées à la hauteur de Tracy indiquent que la qualité générale de l’eau varie de satisfaisante à très mauvaise, alors que les résultats obtenus pour les stations situées à la hauteur de Trois-Rivières montrent une qualité d’eau satisfaisante. La qualité générale de l’eau mesurée à l’embouchure des tributaires du lac Saint-Pierre varie de satisfaisante à très mauvaise. Au cours des 36 dernières années, une amélioration notable a été observée pour la qualité bactériologique de l’eau et des tendances significatives à la baisse ont été notées pour les concentrations de phosphore, un paramètre clé ciblé par les interventions d’assainissement. En dépit des améliorations constatées, la qualité actuelle de l’eau de plusieurs de ces tributaires laisse encore à désirer, comme le révèlent la fréquence et l’amplitude moyenne des dépassements de certains critères de qualité et de certaines valeurs repères enregistrées au cours de la période 2012-2014. Pour les tributaires du lac Saint-Pierre, la fréquence des dépassements du critère de qualité du phosphore (30 µg/L) varie de 24 % à 100 %, selon le tributaire, et l’amplitude moyenne des dépassements varie de deux à six fois la valeur du critère. Une portion importante du bassin versant de plusieurs des tributaires du lac Saint-Pierre est occupée par les activités agricoles. Ces zones agricoles sont situées dans les basses-terres du Saint-Laurent, près de l’embouchure des rivières. Bien que des efforts aient été déployés pour réduire la pollution diffuse d’origine agricole, il subsiste une pollution résiduelle considérable associée à ces territoires. Cette pollution se manifeste au gré des précipitations qui entraînent le ruissellement de surface et provoquent l’érosion hydrique des terres cultivées. En raison de la superficie de leurs bassins versants, de la proportion importante de leur territoire agricole et de la dominance des cultures annuelles (maïs, soya, etc.), les rivières Richelieu, Yamaska et Saint-François se démarquent des autres tributaires par les charges importantes d’éléments nutritifs et de sédiments qu’elles déversent dans le littoral sud du lac Saint-Pierre. L’intégrité écosystémique du lac Saint-Pierre repose à la fois sur des composantes physique, chimique et biologique. Bien que l’analyse des séries chronologiques de données physicochimiques qui fait l’objet de la présente étude révèle que des gains appréciables ont été réalisés, la qualité récente (2012-2014) de l’eau du fleuve et des tributaires du lac contribue à la dégradation de ses habitats aquatiques. Des efforts additionnels seront requis pour maintenir les acquis, améliorer davantage la qualité des eaux et restaurer les habitats aquatiques. Certaines préoccupations environnementales comme les effets appréhendés des changements climatiques sur l’hydrologie des bassins versants nous obligent d’ores et déjà à envisager des mesures d’adaptation pour réduire la vulnérabilité des écosystèmes aquatiques qui s’y trouvent. Ces écosystèmes risquent en effet d’être soumis à des modifications du régime des précipitations qui auront pour effet d’exacerber certains problèmes de qualité de l’eau. Ainsi, la pollution résiduelle des cours d’eau en provenance des rejets urbains pourrait être amplifiée par des périodes d’étiage sévère qui auront pour effet de réduire leur capacité de dilution. À l’inverse, une fréquence accrue d’événements de pluies intenses pourrait se traduire par une augmentation des apports diffus de polluants liés au ruissellement de surface des territoires urbains et agricoles.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 204
Éditeur: Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Direction générale du suivi de l’état de l’environnement
Lieu de publication: Québec
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Lac Saint-Pierre, Tributaires, Qualité de l’eau, Phosphore, Nitrates, Matières en suspension, MES, Concentration, Charge, Portrait, Évolution temporelle, EGRET, Richelieu, Yamaska, Saint-François, Nicolet, La Chaloupe, Bayonne, Chicot, Maskinongé, Du Loup, Yamachiche, Petite rivière Yamachiche
Sujets: 2. Milieu physique > 2.4. Hydrologie
6. Milieu humain > 6.2. Agriculture
6. Milieu humain > 6.4. Industrialisation
6. Milieu humain > 6.5. Urbanisation
8. Impacts et monitoring > 8.1. Qualité de l’eau
8. Impacts et monitoring > 8.2. Études de suivi
8. Impacts et monitoring > 8.7. Modélisations et indicateurs
Date de dépôt: 09 mai 2017 19:31
Dernière modification: 09 mai 2017 19:33
ISBN: 978-2-550-76229-4
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/1204

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.