Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Rapport sur les impacts de la production porcine sur la faune et ses habitats.

Société de la faune et des parcs du Québec (2002). Rapport sur les impacts de la production porcine sur la faune et ses habitats. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
SFPQ_2002_impacts_production_porcine_faune_habitats_A.pdf

Télécharger (498kB) | Prévisualisation

Résumé

Le gouvernement du Québec a confié le mandat à la Société de la faune et des parcs du Québec d’assurer, pour les générations actuelles et futures, la diversité, l’abondance et la pérennité de la faune et de ses habitats dans une perspective de gestion intégrée des ressources et du développement durable. Dans le cadre de la consultation publique menée par le Bureau des audiences publiques sur l’environnement pour la proposition d’un modèle de production porcine durable, la Société de la faune et des parcs du Québec fait état, dans le présent document, de ses préoccupations au regard des impacts de la production porcine sur la faune et ses habitats, et le maintien de la biodiversité en milieu agricole. La faune vertébrée du Québec comprend 653 espèces. Elle occupe une place importante dans la vie des Québécois et fait partie de notre patrimoine. Un bon habitat pour la faune doit regrouper les conditions requises pour assurer la survie des espèces : abri, nourriture, site de reproduction et une libre circulation entre ces éléments. Lorsque ces besoins ne sont pas satisfaits, la survie d’une espèce peut être menacée. Plusieurs espèces de poissons, d’amphibiens et d’oiseaux fréquentant le milieu agricole sont dans cette situation. Grâce à sa mise en valeur, la faune contribue aussi au développement économique; un Québécois sur deux pratique des activités liées à la faune et à la nature pour un total annuel de 289 millions de jours. Les pratiques agricoles actuelles constituent toutefois un frein à la mise en valeur de la faune en milieu agricole, notamment sur l’activité de pêche. La faune, en raison de sa dépendance à un habitat, est un indicateur fiable et représentatif de la qualité du milieu car elle intègre les pressions de toutes sortes exercées sur l’environnement. Ces habitats aquatiques, riverains et forestiers sont dégradés par des pratiques agricoles dont certaines sont liées plus directement à la production porcine. L’excès de fertilisants, particulièrement le phosphore, touche principalement l’habitat du poisson par l’eutrophisation des cours d’eau. Ainsi, on observe que la présence d’algues empêche le développement des œufs d’éperlan. Des déversements accidentels de lisier peuvent aussi entraîner des mortalités massives de poissons dans les cours d’eau. Les superficies requises pour épandre les surplus de lisier et les monocultures, comme celle du maïs, entraînent une déforestation du territoire agricole et la disparition des bandes riveraines, des haies brise-vent et des séparateurs boisés résultant ainsi en une perte d’habitats pour une multitude d’espèces. Ce phénomène important de fragmentation du paysage en milieu agricole contribue à l’isolement de populations fauniques et met en péril le maintien de la biodiversité. Les bandes riveraines boisées, en plus d’offrir un intérêt accru pour la faune, protègent aussi les cours d’eau de la sédimentation et des apports en nutriments et en contaminants. Les pratiques agricoles liées aux monocultures favorisent l’érosion des sols. La sédimentation et les matières en suspension qui en résultent, altèrent l’habitat du poisson. Par ailleurs, le drainage des terres agricoles occasionne des pertes de marais, marécages et autres milieux humides. Le redressement et le reprofilage modifient de façon substantielle le régime hydrologique des cours d’eau qui deviennent moins propices à la vie aquatique. De plus, les obstacles, tels que les barrages, les ponts et les ponceaux nécessaires à l’exploitation agricole, peuvent nuire à la libre circulation des poissons. Des pesticides, comme l’atrazine, et d’autres substances perturbatrices du système endocrinien sont susceptibles d’avoir contribué à la situation précaire du chevalier cuivré, un poisson unique au Québec, ainsi qu’à une hausse de l’incidence de malformations chez les amphibiens. Le cas de la rivière Boyer, dans la région de la Chaudière-Appalaches, dont les sites de reproduction ont été désertés par une des principales populations d’éperlans du sud de l’estuaire, est un bon exemple d’un bassin versant fortement perturbé par l’exploitation agricole, particulièrement celle du type porcin. La Société de la faune et des parcs du Québec propose quelques pistes pour faire de la production porcine un modèle qui prend en compte le maintien de la biodiversité dans ses critères de développement durable. La Société suggère que la protection et la restauration des habitats aquatiques, humides, riverains et terrestres pour la faune soient incluses dans les paramètres d’écoconditionnalité et de certification environnementale et que le futur modèle de développement de la production porcine s’appuie sur le principe de précaution. La Société prône aussi une approche par bassin versant. Elle souhaite de plus qu’un plan d’action détaillé et qu’une aide financière soient prévus afin de traduire cette volonté par des actions concrètes sur le terrain. La Société est disposée à participer à la mise en œuvre de cette nouvelle approche de développement durable de la production porcine.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 82
Éditeur: Société de la faune et des parcs du Québec
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Gestion intégrée des ressources, Production porcine, Impacts, Faune, Milieu agricole, Habitat, Activités économiques, Modèle, Agriculture durable
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.1. Développement durable
1. Laboratoire de développement durable > 1.6. Économie, emplois, biens et services
4. Faune
5. Aménagements > 5.2. Conservation de l’habitat
6. Milieu humain > 6.2. Agriculture
Date de dépôt: 07 nov. 2017 16:28
Dernière modification: 07 nov. 2017 16:28
ISBN: 2-550-40288-X
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/1242

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.