Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Les fleurs d'eau de cyanobactéries : vulnérabilité des prises d'eau

Lavoie, I. et Laurion, I. et Vincent, W.F (2007). Les fleurs d'eau de cyanobactéries : vulnérabilité des prises d'eau. [Rapport – bilan]

[img]
Prévisualisation
Texte
Lavoie et al_2007_Cyanobactéries_prises_eau_A.pdf

Télécharger (407kB) | Prévisualisation

Résumé

La conception et le choix de l’emplacement des prises d’eau dans les lacs et les rivières du Québec ont principalement été établis en fonction des débits, de la sédimentation, de la navigation et des variations du niveau de l’eau. Les concepteurs des prises d’eau ont également dû composer avec les conditions hivernales du Québec (glace et frasil). Pour ces raisons, les prises d’eau au Québec ne sont généralement pas localisées en surface afin d’assurer une protection contre les dommages causés par la glace et les activités de navigation. Elles sont généralement situées à des profondeurs très variables, de moins d’un mètre à plus de 20 mètres (Caroline Robert, comm. pers.). En rivière, les prises d’eau se trouvent généralement le plus profondément possible. Le choix de l’emplacement des prises d’eau tient compte des études hydrologiques et hydrodynamiques des systèmes aquatiques, mais les facteurs biologiques sont rarement considérés lors de la conception des systèmes de pompage. La problématique grandissante des fleurs d’eau de cyanobactéries - et les risques pour la santé humaine qui y sont associés - devrait être considérée dans la gestion des prises d’eau potable afin d’assurer une eau de qualité et diminuer les coûts de traitement en usine. Vu la grande variabilité des écosystèmes aquatiques et les différents besoins en eau potable selon les municipalités, le choix de l’emplacement ainsi que le type de prise d’eau requis se fait au cas par cas. Pour cette raison, il est difficile de standardiser l’endroit idéal et la profondeur optimale pour les prises d’eau du Québec. Dans l’éventualité où la présence de fleurs d’eau de cyanobactéries serait un critère décisionnel dans la conception d’une prise d’eau, une étude limnologique devrait être réalisée. L’écologie des cyanobactéries est complexe et influencée par de nombreux facteurs tels que l’abondance en nutriments et sa répartition spatiotemporelle, la structure physique de la colonne d’eau, les conditions météorologiques dominantes, la transparence de l’eau et la morphologie du plan d’eau. Ainsi, une meilleure connaissance de ces facteurs permet de mieux prévoir les zones à risque et peut aider à choisir l’emplacement le plus approprié pour la construction d’une prise d’eau. Le présent document a pour objectif de discuter de la vulnérabilité des prises d’eau en relation avec l’écologie des cyanobactéries (distribution, migration) et des caractéristiques limnologiques des plans d’eau. Certaines méthodes potentiellement applicables aux prises d’eau municipales du Québec et pouvant diminuer les risques de prélever de l’eau chargée en cyanobactéries et en cyanotoxines sont également présentées.

Type de document: Rapport – bilan
Nombre de pages: 24
Éditeur: INRS Eau, Terre et Environnement
Lieu de publication: Québec
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Cyanobactéries, Prise d'eau, Fleurs d'eau, Aménagement, Limnologie, Plans d'eau, Cyanotoxines
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.5. Société, qualité de vie, santé, sécurité
2. Milieu physique > 2.4. Hydrologie
4. Faune > 4.1. Invertébré
5. Aménagements
8. Impacts et monitoring > 8.1. Qualité de l’eau
Date de dépôt: 14 nov. 2017 04:22
Dernière modification: 15 nov. 2017 16:25
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/1296

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.