Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Guide d’intervention pour les propriétaires, les exploitants ou les concepteurs de stations de production d’eau potable municipales aux prises avec une problématique de fleurs d’eau de cyanobactéries, 2e édition

Ellis, D. (2009). Guide d’intervention pour les propriétaires, les exploitants ou les concepteurs de stations de production d’eau potable municipales aux prises avec une problématique de fleurs d’eau de cyanobactéries, 2e édition. [Matériel éducatif]

[img]
Prévisualisation
Texte
MDDEP_2010_Eau_potable_municipales_A.pdf

Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Les cyanobactéries sont des organismes qui existent depuis plus de trois milliards d’années. Le fait qu’elles aient la capacité de fixer l’azote contenu dans l’air et qu’elles trouvent les conditions optimales de lumière en étant mobiles dans la colonne d’eau leur a permis de s’adapter et de se retrouver dans plusieurs milieux aquatiques, en eau salée et en eau douce. Les cyanobactéries sont présentes dans les lacs et les rivières du Québec à des concentrations relativement faibles et ne causent généralement pas de problème. Toutefois, lorsque leur densité dans un milieu aquatique est assez élevée pour que le phénomène soit visible à l’œil nu, ce dernier est appelé fleur d’eau. En effet, dans certaines conditions, les cyanobactéries prolifèrent de façon fulgurante et envahissent une portion ou la totalité du plan d’eau. Un apport important en phosphore, la présence de lumière et une relative tranquillité du plan d’eau sont tous des facteurs qui favorisent l’apparition des fleurs d’eau. Depuis plusieurs années, la saison estivale des Québécois est perturbée par l’apparition de ces fleurs d’eau de cyanobactéries. Bien que ce phénomène de croissance excessive des cyanobactéries ne soit pas nouveau, le nombre de plans d’eau touchés semblent s’accroître. Plusieurs raisons peuvent expliquer un tel phénomène : augmentation des activités pratiquées à proximité des plans d’eau, vieillissement prématuré des plans d’eau, plus grande sensibilité des riverains à déceler ce phénomène, etc. Mais peu importe les raisons de l’augmentation du nombre de plans d’eau touchés, les risques pour la santé humaine que représentent les toxines cyanobactériennes (cyanotoxines) sont jugés suffisants pour que des interventions soient nécessaires, au grand déplaisir des utilisateurs de ces plans d’eau : interdiction de baignade et d’activités aquatiques, avis de nonconsommation d’eau, etc. L’impact des fleurs d’eau de cyanobactéries peut aussi toucher plusieurs milliers de personnes si des prises d’eau municipales ou communautaires pour l’alimentation en eau potable sont installées dans les plans d’eau touchés. La présence de fleurs d’eau de cyanobactéries représente un risque pour la santé humaine, car plusieurs espèces de cyanobactéries produisent des toxines – les cyanotoxines – qui peuvent se trouver notamment dans l’eau potable. Ces toxines peuvent agir sur plusieurs fonctions du corps humain, telles que le système nerveux, le foie, la peau et le système digestif. Il est donc important de s’assurer que la concentration de toxines de cyanobactéries présentes dans l’eau potable soit inférieure aux seuils recommandés. Ces seuils sont présentés dans le tableau 1. Bien qu’il n’y ait actuellement aucune norme concernant les toxines de cyanobactéries dans le Règlement sur la qualité de l’eau potable, les exploitants d'installations de production d’eau potable qui veulent évaluer la problématique reliée à la présence de cyanobactéries dans leur source d’eau doivent se référer aux concentrations indiquées dans le tableau 1. L’ingestion des toxines de cyanobactéries constitue le principal risque pour la santé. Faire bouillir l’eau n’a aucun effet sur l’élimination des toxines et provoque même la libération de celles qui se trouvent dans les cellules. C’est donc dire que si l’eau distribuée est contaminée par des fleurs d’eau de cyanobactéries, elle ne doit pas être bue, même si on l'a fait bouillir.

Type de document: Matériel éducatif
Nombre de pages: 51
Éditeur: Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP)
Lieu de publication: Québec
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Plan d'eau, Prise d'eau, Cyanotoxines, Cyanobactéries, Protection, Aménagement, Qualité de l'eau, Traitement, Eau potable,
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.8. Pratiques exemplaires, guides, outils
2. Milieu physique > 2.4. Hydrologie
3. Végétation, milieux humides
4. Faune > 4.1. Invertébré
5. Aménagements
8. Impacts et monitoring > 8.1. Qualité de l’eau
Date de dépôt: 21 nov. 2017 14:19
Dernière modification: 21 nov. 2017 14:52
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/1323

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.