Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

La contamination des poissons d’eau douce par les toxiques, 2e édition.

Painchaud, J. et Laliberté, D. (2010). La contamination des poissons d’eau douce par les toxiques, 2e édition. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Painchaud et al_2010_contamination des poissons_toxiques_A.pdf

Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Depuis le début du 20e siècle, des centaines de substances toxiques utilisées dans l’industrie ou en agriculture ont contaminé les Grands Lacs et le Saint-Laurent. Plusieurs de ces substances se sont accumulées dans les organismes vivants, dont les poissons. La pêche sportive est une activité récréative très prisée au Québec, pratiquée par plus de 25 % de la population. En outre, le poisson est de plus en plus recommandé dans l’alimentation à cause de ses qualités nutritives et des bénéfices pour la santé qui découlent de sa consommation. Une étude récente menée dans la région de Montréal, portant sur la teneur en contaminants des consommateurs de poissons capturés dans le fleuve, n’a révélé aucune concentration dangereuse de contaminants chimiques chez ces derniers. La teneur de plusieurs contaminants organiques, comme les organochlorés, et inorganiques, comme les métaux, a été mesurée dans la chair et les organes des poissons. Une attention particulière a été portée au mercure et aux biphényles polychlorés (BPC). Le mercure est présent naturellement dans l’environnement. Toutefois, divers produits de consommation, les combustibles fossiles et certains procédés industriels constituent d’importantes sources de mercure. Dans sa forme méthylée, le mercure est nocif pour les êtres vivants, car il affecte leur système nerveux. Les BPC font partie de la famille des organochlorés (DDT, dioxines et furannes) dont les usages ont été multiples. La production des BPC est interdite depuis 1977 en Amérique du Nord. Les organochlorés ont divers effets toxiques : ils causent des maladies de la peau, des atteintes au foie et aux systèmes immunitaire, nerveux et reproducteur, de même que des cancers. On les soupçonne également d’imiter l’action des hormones et d’entraîner des effets sur le système endocrinien. Le mercure et les BPC sont donc deux toxiques largement répandus dans l’environnement. Leur concentration dans les poissons constitue un bon indicateur de l’état de contamination du milieu.

Type de document: Publication gouvernementale
Éditeur: Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Substances toxiques, Poissons, Fleuve St-Laurent, Alimentation, Pêche sportive, Organochlorés, Métaux, Mercure, Biphényles polychlorés (BPC), Santé
Sujets: 4. Faune > 4.2. Poisson
6. Milieu humain > 6.2. Agriculture
6. Milieu humain > 6.4. Industrialisation
7. Usages > 7.1. Pêche
8. Impacts et monitoring > 8.1. Qualité de l’eau
Date de dépôt: 11 août 2016 18:50
Dernière modification: 07 nov. 2016 01:47
ISBN: 0-662-88156-7
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/328

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.