Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Dans la vallée du fleuve Saint-Laurent. L'écotourisme au lac Saint-Pierre

Barabé, A. et Bourgeois, J-C. et Trudel, R. (1995). Dans la vallée du fleuve Saint-Laurent. L'écotourisme au lac Saint-Pierre. [Livre – revue – journal]

[img]
Prévisualisation
Texte
Barabé et al _1995_Ecodecision_écotourisme_lac Saint-Pierre_A.pdf

Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

Sur le plan écologie, les milieux humides du fleuve Saint-Laurent forment des écosystèmes régionaux d’une très grande importance. Parmi eux se trouve le lac Saint-Pierre, avec ses milieux humides, situés à mi-chemin sur la voie migratoire de l'Atlantique par la sauvagine de l’Amérique du Nord. La notoriété de ce secteur est fortement associée à sa halte migratoire où plus de 350,000 oies, bernaches et canards d’y arrêtent chaque printemps, soit environ 50 % des bernaches du Canada, 30 % des canards barboteurs et 25 % des oies des neiges faisant une halte le long du fleuve Saint-Laurent. L'une des caractéristiques importantes du lac Saint-Pierre demeure la vaste étendue de sa plaine d'inondation. Au printemps, les eaux débordent du lit du fleuve et submergent 7,000 ha de terres riveraines. Dans cette vaste plaine d’inondation on compte 4,000 ha de terres agricoles utilisées principalement par les oiseaux lors de leur halte migratoire printanière. Les terres riveraines en bordure du lac Saint-Pierre possèdent à la fois un potentiel agricole et faunique élevé. Le défi pour les acteurs locaux est de concilier les besoins des agriculteurs et des observateurs de la faune. Au début des années 1980, un projet de protection et de mise en valeur de la région du lac Saint-Pierre a vu le jour. Son objectif était d'abord de protéger les terres humides de première importance au Québec et au Canada. Ces habitats étaient menacés en raison d'un conflit d’usage des terres riveraines; l’arbitrage opposait le développement agricole et la protection des terres humides de la halte migratoire dans le secteur de Baie-du-Febvre. Le succès de cette initiative pour la protection et le développement des habitats du lac Saint-Pierre peut être attribué, en partie, aux efforts de gestion intégrée des ressources par de nombreux partenaires impliqués. En outre, le projet a été réalisé dans une perspective de respect des communautés locales par le biais d'un processus de dialogue et de partenariat. Le projet de conservation et de développement de la région du lac Saint-Pierre est le résultat de 15 années d'efforts et de coopération. Plus précisément, le projet de Baie-du-Febvre propose un modèle de développement durable appliqué au niveau local. Pour veiller à ce que les ressources soient préservées pour les générations futures, 2,500 ha de zones humides de haute qualité ont été protégées sur un total de 3,500 ha classés comme terres d’importance nationale et internationale au lac Saint-Pierre. Cette gestion mixte du territoire a été possible grâce à des accords internationaux (Plan nord-américain de gestion de la sauvagine), ainsi que des accords nationaux (Plan conjoint des habitats de l'Est). La prise en charge du développement des collectivités locales, en concertation avec des organismes gouvernementaux, des universités, des corporations municipales, des propriétaires fonciers et des OBNL, demeure la base du succès actuel. Pour promouvoir l'équité entre les différents acteurs et les générations, l'accessibilité à l'eau et ses ressources a été encouragée.

From the view point of ecology, the St.Lawrence River wetlands form regional ecosystems of very great importance. Among them is lac Saint-Pierre, with its riverside populations, situated midway along the Atlantic migratory flight path, one of the main corridors used in North America during waterfowl migrations. This sector is especially famous as a migratory way station where more than 350,000 geese and ducks stop each spring, or about 50 per cent of the Canada geese, 30 per cent of the mallards and 25 per cent of the snow geese stopping along the St. Lawrence River. One of the most important characteristics of lac Saint-Pierre is the vast extent of its flood plain. In spring, the waters overflow the riverbanks and submerge 7,000 hectares of land. In this enormous area lie 4,000 hectares of farmland used mainly by birds during their stopover in the spring migration. The riverside lands bordering lac Saint-Pierre are highly valuable for farming and wildlife. The challenge for local players is to reconcile the needs of farmers and of wildlife harvesters. In the early 1980s, a project was launched to protect and develop the lac Saint-Pierre region; its aim was first to protect wildlife habitats of prime importance to Quebec and Canada. These habitats faced destruction because of a conflict over use of riverside lands; the choice was between agricultural development and protection of the migratory way station, particularly in the Baie-du-Febvre sector. The success of this initiative for protecting and developing the habitats of Lac Saint-Pierre can be attributed partly Io the fact that a structured approach was followed by many partners when gathering knowledge, public consultation feedback and information, as well as in carrying out different development projects. In addition, the project was executed with respect for local development of local communities through a process of dialogue and partnership. The lac Saint-Pierre region's conservation and development project was the outcome of 15years of effort and cooperation. More specifically, Baie-du-Febvre offers a model of sustainable development applied at the local level; here development has been undertaken in line with the principles of sustainable development. To ensure that resources were preserved for future generations, 2,500 hectares of high-quality wetlands were protected out of a total of 3,500 hectares classified as priority land in lac Saint-Pierre; this was possible thanks Io international agreements (the North American Waterfowl Management Plan) as well as national agreements (the Eastern Habitat Joint Venture). To promote local growth and development, an important planning exercise was used that coordinated local development with regional and national objectives in the socio-economic development of the community. To promote equity between the different players and generations, accessibility Io the water and its resources was encouraged. Finally, from the viewpoint of environmental ethics, there could be seen o deep shift in attitudes, to the benefit of the environment.

Type de document: Livre – revue – journal
Éditeur: Ecodecision
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Écotourisme, Halte migratoire, Plaine d'inondation, Agriculture, Participation locale // Ecotourism, Migratory flight path, Flood plain, Agricultural development, Local participation
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.1. Développement durable
5. Aménagements > 5.4. Baie-du-Febvre
7. Usages > 7.5. Écotourisme
Date de dépôt: 18 mai 2016 01:26
Dernière modification: 10 nov. 2016 02:45
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/36

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.