Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Évaluation de la qualité bactériologique de sites potentiels de baignade dans le Saint-Laurent, été 1999

Hébert, S. (2000). Évaluation de la qualité bactériologique de sites potentiels de baignade dans le Saint-Laurent, été 1999. [Publication gouvernementale] DOI: Envirodoq : ENV2000-0520.

[img]
Prévisualisation
Texte
Hébert_2000_plage_1999_LSP_A.pdf

Télécharger (340kB) | Prévisualisation

Résumé

Dans le cadre de la phase III du Plan d’action Saint-Laurent, la Direction du suivi de l’état de l’environnement du ministère de l’Environnement du Québec a réalisé, au cours de l’été 1999, une évaluation de la qualité bactériologique de l’eau à 24 sites potentiels de baignade situés le long du fleuve Saint-Laurent, entre le lac Saint-François et l’île d’Orléans. Dix campagnes de prélèvement ont été menées à la plupart des sites entre le 21 juin et le 2 septembre 1999. Lors de chaque visite, six échantillons ont été prélevés selon le protocole du programme Environnement-Plage; des dénombrements de coliformes fécaux et de staphylocoques totaux ont ensuite été effectués. En utilisant la densité des coliformes fécaux comme indicateur du niveau de la salubrité des eaux, treize sites présentaient un potentiel intéressant pour la baignade, c’est-à-dire que le critère de qualité relatif à la baignade (200 coliformes fécaux/100 ml) y était respecté au moins 70 % du temps: île de la marina de Pointe-aux-Trembles, parc de la Commune (Varennes), parc Maisouna (Tracy), quai de Port-Saint-François (Nicolet), parc Antoine Gauthier (Pointe-du-Lac), parc de l’Île Saint-Quentin (Trois-Rivières), Pointe de Bécancour, anse Ross (Saint-Nicolas), anse Tibbits, quai Paquet et grève Joliette (Lévis), quai de Saint-Jean (île d’Orléans) et quai de Saint-Michel-de-Bellechasse. La forte contamination observée aux sites de l’îlet Vert, de l’île Marie et de l’île à la Pierre provient des eaux usées traitées, mais non désinfectées, de la Communauté urbaine de Montréal (CUM) et du Centre d’épuration des eaux de la rive sud (CERS), à Longueuil. Les deux autres sites les plus contaminés sont ceux localisés dans les municipalités de Batiscan et de Neuville, deux municipalités qui n’étaient pas encore desservies par un réseau d’égouts et une station d’épuration au moment de l’étude. D’autre part, compte tenu de la qualité bactériologique actuelle, les deux sites de l’anse au Foulon à Sillery ne présentent pas de potentiel intéressant pour la baignade. Les concentrations de staphylocoques totaux étaient très élevées dans la section du fleuve en amont du lac Saint-Pierre et fortement correlées avec les concentrations en coliformes fécaux (r = 0,74; P<0,001). En aval du lac Saint-Pierre, les teneurs en staphylocoques étaient beaucoup plus faibles et la corrélation avec les coliformes fécaux beaucoup moins forte (r = 0,41; P<0,001). L’importance des teneurs observées à certains sites et l’absence, dans ces cas particuliers, de corrélation avec les coliformes fécaux jettent cependant un doute sur la possibilité d’utiliser les staphylocoques totaux comme indicateurs de la qualité des eaux de baignade dans le fleuve Saint-Laurent.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 48
Éditeur: Ministère de l’Environnement, Gouvernement du Québec
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Qualité bactériologique, Eau, Fleuve St-Laurent, Programme Environnement-Plage, Coliformes fécaux, Staphylocoques totaux, Sites de baignade, Contamination
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.5. Société, qualité de vie, santé, sécurité
7. Usages > 7.8. Baignade
8. Impacts et monitoring > 8.1. Qualité de l’eau
8. Impacts et monitoring > 8.2. Études de suivi
Date de dépôt: 24 sept. 2016 18:04
Dernière modification: 14 oct. 2016 15:23
ISBN: 2-550-36843-6
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/581

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.