Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Navigation commerciale sur le Saint-Laurent: entre perspectives économiques et développement durable

Allard, L. (2015). Navigation commerciale sur le Saint-Laurent: entre perspectives économiques et développement durable. [Thèse universitaire]

[img]
Prévisualisation
Texte
Allard_2015_navigation commerciale_développement durable_A.pdf

Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Le fleuve Saint-Laurent est une partie intégrante du paysage québécois, de son développement humain et de ses ressources naturelles exceptionnelles. Ce cours d’eau majestueux, bordant les régions les plus peuplées du Québec, occupe une place déterminante dans le portrait économique, social et culturel de la province. Par ailleurs, en plus de faire l’objet d’une entente Canada-Québec visant sa conservation et sa mise en valeur, le fleuve est au cœur de la planification stratégique du gouvernement provincial pour relancer l’économie québécoise. Conscient du fait qu’il s’agit d’une véritable autoroute maritime, le gouvernement souhaite investir dans les infrastructures portuaires et de logistique afin d’accroître la performance et la compétitivité du transport maritime. Et ce, dans le but de soutenir les secteurs industriels qui dépendent de l’importation et de l’exportation de marchandises par voie maritime. Plusieurs perspectives économiques tendent vers un accroissement du trafic maritime sur le Saint-Laurent, dont l’agrandissement du canal de Panama, les projets de transport d’hydrocarbures en provenance de l’Ouest canadien ainsi que les effets commerciaux conjugués de l’Accord de libre-échange avec l’Union européenne et de l’Accord de libre-échange nord-américain. Le développement durable de ce secteur d’activité implique d’harmoniser les besoins de performance de l’industrie aux autres usages, dont la protection des écosystèmes aquatiques. Depuis longtemps, le fleuve fait l’objet de multiples assauts auxquels s’ajoutent les impacts environnementaux réels et potentiels de la navigation commerciale, tels que le risque de déversement d’hydrocarbures, la perte ou la fragmentation des habitats par les travaux de dragage et les ouvrages de régulation des niveaux d’eau, les émissions de polluants atmosphériques, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes, l’érosion des berges par le batillage des navires et la génération d’une nuisance sonore pour les mammifères marins. La fragilité et la richesse incontestable des écosystèmes du Saint-Laurent et l’approvisionnement en eau potable des collectivités riveraines sont à la base de la formulation des principaux enjeux liés au développement de ce mode de transport de marchandises. Dans un contexte d’accroissement du trafic maritime, les mesures et les actions gouvernementales prévues au cadre légal et politique doivent répondre aux impératifs économiques, tout en protégeant l’environnement et la ressource en eau. En se basant sur l’ampleur des problématiques environnementales affectant le fleuve, cet essai évalue les efforts consentis par les acteurs gouvernementaux et de l’industrie pour résoudre les principaux enjeux associés à ce secteur d’activités. Les lacunes décelées au cadre de référence ont fait l’objet de recommandations afin d’assurer le développement durable de la navigation commerciale sur le Saint-Laurent. Toutefois, cet essai ne propose pas de réponse ou de solution définitive aux problématiques soulevées, mais plutôt des observations ainsi que des pistes d’amélioration. Les enjeux environnementaux, sociaux et économiques ont été traduits en critères, de même que les mesures juridiques et politiques des instances gouvernementales afin d’apprécier l’atteinte des objectifs poursuivis par leur instauration. L’analyse critique de la documentation gouvernementale et de l’industrie a permis de révéler une contribution appréciable du secteur d’activités à la résolution d’une grande part des enjeux détaillés dans cet essai. Les exigences légales favorisent une meilleure gestion environnementale des activités de transport maritime, et ce, dans le but d’assurer la sécurité du personnel et la prévention de la pollution. De plus, l’engagement des armateurs canadiens au programme volontaire de certification environnementale de l’Alliance verte témoigne de leur volonté d’entamer le virage du développement durable. Néanmoins, les effets observés des actions gouvernementales et de l’industrie ne permettent pas de conclure à la résolution de l’ensemble des enjeux de façon durable dans le temps. À titre d’exemple, le Régime canadien de préparation et d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures doit être révisé de manière à répondre à la nouvelle dynamique de transport et à diminuer la vulnérabilité des collectivités riveraines. Le régime de responsabilités et d’indemnisation pour les déversements d’hydrocarbures causés par les navires doit être bonifié afin de garantir une répartition équitable des risques entre la société civile et l’industrie maritime. De plus, une gouvernance responsable du fleuve implique la concertation systématique des intervenants de la gestion intégrée du fleuve Saint-Laurent lors de la planification des projets de développement de l’industrie. Enfin, la pertinence de tout plan d’action visant la résolution d’une problématique environnementale repose sur un processus de suivi et de surveillance rigoureux et transparent des résultats escomptés, notamment à l’égard de l’érosion des berges, de l’intégrité des milieux humides côtiers et de l’introduction d’espèces exotiques envahissantes. Il en va de même pour l’application des exigences légales concernant la prévention de la pollution par les navires, comme les inspections dans les installations portuaires et la surveillance aérienne pour détecter les déversements. Autrement dit, sans suivi ni surveillance, les efforts gouvernementaux sont vains. Le fleuve fait autant partie du Québec que le Québec fait partie du fleuve. Comme le Saint-Laurent appartient au patrimoine collectif, le développement de l’industrie maritime ne peut se réaliser autrement que de manière durable. Cet essai propose quelques pistes de réflexion à cet égard.

Type de document: Thèse universitaire
Nombre de pages: 142
Éditeur: Université de Sherbrooke
Lieu de publication: Sherbrooke
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Navigation commerciale, Développement durable, Gestion intégrée du Saint-Laurent, Stratégie maritime du Québec, Stratégie de navigation durable, Plan d’action Saint-Laurent
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.1. Développement durable
1. Laboratoire de développement durable > 1.5. Société, qualité de vie, santé, sécurité
1. Laboratoire de développement durable > 1.6. Économie, emplois, biens et services
1. Laboratoire de développement durable > 1.7. Environnement, écologie, écosystème
6. Milieu humain > 6.3. Navigation commerciale
Date de dépôt: 23 sept. 2016 17:39
Dernière modification: 09 nov. 2016 20:58
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/583

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.