Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Rapport sur la situation de l'alose savoureuse (alosa sapidissima wilson) au Québec

Robitaille, J.A. (1997). Rapport sur la situation de l'alose savoureuse (alosa sapidissima wilson) au Québec. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Robitaille_1997_rapport-situation-alose_LSP_A.pdf

Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

La situation de l'alose savoureuse dans les eaux québécoises, et principalement dans le fleuve Saint-Laurent, a été évaluée à partir de la documentation scientifique et de quelques renseignements inédits, afin de proposer une désignation de l'espèce en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables. L'alose savoureuse et quelques autres espèces de Clupéidés anadromes ont été fort populaires comme poissons de table en Amérique du Nord, au cours du dix-neuvième siècle. Des pêcheries importantes ont prospéré à l'embouchure de la majorité des rivières où les effectifs d'aloses étaient substantiels. Cependant, les débarquements rapportés ont décru de façon marquée vers la fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième. Bien que la surexploitation, plausible dans certains cas, ait été invoquée comme explication générale des baisses d'abondance, les informations disponibles tendent à démontrer que les effectifs des populations se sont plutôt ajustés à de plus bas niveaux à mesure que se détérioraient les aires de fraie ou que leur accessibilité se réduisait. Le cas de la population du Saint-Laurent semble s'inscrire dans cette tendance générale. L'alose aurait cessé de remonter le fleuve en direction du lac Saint-François dès les premières modifications physiques des habitats aquatiques, en l'occurrence le creusage et la mise en service du premier canal de Beauharnois, au milieu du dix-neuvième siècle. Elle aurait ensuite perdu peu à peu accès aux frayères de l'Outaouais à mesure que des ouvrages de contrôle du niveau d'eau ont été implantés dans le cours inférieur de cette rivière. Il existe toujours une certaine activité de fraie dans le lac des Deux Montagnes, mais une des trois voies d'accès à ce plan d'eau à travers l'archipel montréalais, la rivière des Prairies, a été bloquée en 1929. Les deux routes qui restent, la rivière des Mille îles et le fleuve Saint-Laurent, sont toujours remontées par l'alose, dans des proportions indéterminées. Dans certains autres cours d'eau québécois, tributaires ou non du Saint-Laurent, des mentions de présence d'aloses permettent de croire qu'il existe de la reproduction, mais l'importance et la récurrence de celle-ci restent à vérifier.

A review of available literature, and of some unpublished data on Québec runs of American shad, mainly in the St. Lawrence River, was made in order to recommend a status designation, according to Quebec's Law on threatened and vulnerable species. American shad, together with other anadromous Clupeids, were highly sought as food in North America in the nineteenth century. Important fisheries thrived on shad and other anadromous herrings in the estuaries of most rivers with substantial runs. However, landings dropped sharply by the end of the nineteenth century and the beginning of the twentieth century. Overfishing, which was likely to have happened in some cases, was then viewed as a general explanation of the lower numbers. Today, available data leads to a general consensus that degradation of spawning grounds or loss of access to them have brought down the populations to lower levels, in most cases. This type of explanation seems to fit to the St. Lawrence shad. Runs ceased to go up the river towards Lake St. François when the first Beauharnois canal was dredged and started to be used, in the 1840's. Shad ascending the Ottawa River gradually lost access to their spawning areas when dams for water level control were bui|t in the lower part or the river. Spawning still occurs in Lake des Deux Montagnes, but des Prairies River, one of the three routes to its passing through the Montréal archipelago, was blocked in 1929. Alternate routes, namely the St. Lawrence River and des Mille îles River, are still used by migrating shad, to an unknown extent. In some tributaries of the St. Lawrence and in other Québec rivers, shads have also been reported and spawning activity seems likely. However, its importance and its recurrence have never been assessed.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 93
Éditeur: Ministère de l'Environnement et de la Faune, Québec
Lieu de publication: Québec
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Alose savoureuse, Fleuve St-Laurent, Espèce menacée, Pêcheries, Frayères // American shad, St. Lawrence river, Vulnerable species, Fisheries, Spawning
Sujets: 4. Faune > 4.2. Poisson
5. Aménagements > 5.2. Conservation de l’habitat
7. Usages > 7.1. Pêche
8. Impacts et monitoring > 8.3. Espèces menacées
Date de dépôt: 05 oct. 2016 01:45
Dernière modification: 05 oct. 2016 01:45
ISBN: 2-550-31371-2
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/659

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.