Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

L’Oie des neiges au Québec : Plan d’action 2013-2018. Document issu d’un atelier de travail regroupant les membres de la Table de concertation sur la gestion de la Grande Oie des neiges

NON SPÉCIFIÉ (2013). L’Oie des neiges au Québec : Plan d’action 2013-2018. Document issu d’un atelier de travail regroupant les membres de la Table de concertation sur la gestion de la Grande Oie des neiges. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Anonyme_2013_Oie des neiges_Plan d’action 2013-2018.pdf

Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

Depuis quelques années, les gestionnaires de la faune font face à une nouvelle problématique, celle des espèces surabondantes. Ces espèces échappent à la régulation naturelle, c’est-à-dire le contrôle par la capacité de support du milieu, la compétition, la prédation, ou encore à l’impact des activités anthropiques, par exemple la chasse et les pertes d’habitat. Leur surabondance entraîne la dégradation de leur habitat et, par conséquent, des impacts négatifs sur les autres espèces allant même jusqu’à une diminution de la biodiversité régionale. Ces espèces surabondantes sont souvent très fortement associées aux activités humaines, puisqu’elles ont su adapter leur alimentation tout en causant des impacts économiques tant positifs que négatifs. Leur abondance suscite donc des conflits entre les différents intervenants touchés par cette ressource. Enfin, elles posent de nouveaux défis aux gestionnaires de la ressource qui sont plus habitués à gérer des espèces dont les effectifs sont à la baisse et pour lesquelles un seuil minimal doit être fixé, que des espèces pour lesquelles la taille de la population doit faire l’objet d’un seuil maximal ou socialement acceptable. L’explosion démographique de l’Oie des neiges – composée de deux sous-espèces soit, la Petite Oie des neiges dans le centre et l’Ouest de l’Amérique du Nord et la Grande Oie des neiges dans l’Est – est un bon exemple de population surabondante en Amérique du Nord. Des évènements tels que la création de refuges, la diminution de la pression de chasse, les changements climatiques et les modifications des pratiques agricoles ont mené à la surabondance de cette population (Ankney 1996, Batt 1997, Batt 1998, Gauthier et al. 2005). La croissance de la population de la Grande Oie des neiges atteignait un taux de 9 % par année de 1983 à 1997 (Reed et al. 1998) et, à ce moment-là, les gestionnaires craignaient que les aires de reproduction, de migration et d’hivernage subissent des dommages sévères (Giroux et al. 1998). Conséquemment, à la suite d’une ugmentation rapide de 25 000 à près d’un million d’individus en moins de trois décennies, une série de mesures spéciales de conservation a été mise en place au Canada à partir de l’automne 1998 afin de freiner la croissance de la population et de stabiliser sa taille à un maximum de 1 million d’individus, basée sur l’estimation du printemps. La Grande Oie des neiges traverse plusieurs frontières au cours de sa migration et sa gestion implique donc plusieurs partenaires, ce qui exige d’importants efforts de collaboration et de concertation. Depuis la mise en place de mesures spéciales de conservation en 1998 au Canada et en 2009 aux États-Unis, la population est restée relativement stable, se situant entre 700 000 et 1 000 000 d’oiseaux (Reed et Calvert 2007; annexe I). Malgré les efforts mis en place, cet équilibre demeure précaire et nous sommes encore loin de l’objectif établi dans le Plan d’action 2005-2010, soit d’atteindre une population se situant entre 500 000 et 750 000 individus (Bélanger et Lefebvre 2006). Ce niveau permettrait de maintenir une population en santé et de réduire les risques d’atteinte à l’intégrité écologique des habitats et de la biodiversité. Il permettrait aussi à la population de récupérer à la suite de catastrophes naturelles ou anthropiques tout en minimisant les pertes liées aux dommages agricoles et en optimisant les retombées socio-économiques. L’Oie des neiges est une espèce qui s’adapte rapidement à son environnement et sait en tirer profit. Les facteurs ayant mené à sa surabondance sont toujours présents et laissent planer la possibilité d’un rebondissement de cette population.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 20
Éditeur: Environnement Canada
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: La Grande Oie des neiges, Espèces surabondantes, Dégradation de l'habitat, Associées aux activités humaines, Mesures spéciales de conservation
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.1. Développement durable
4. Faune > 4.4. Oiseaux
8. Impacts et monitoring > 8.2. Études de suivi
8. Impacts et monitoring > 8.6. Synthèse des connaissances
9. Nouvelles pressions > 9.5. Espèce faunique indigène en expansion
Date de dépôt: 16 oct. 2016 15:22
Dernière modification: 16 oct. 2016 15:22
ISBN: 978-0-660-21264-7
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/682

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.