Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Faire une étude de marché ou une analyse de marché ou que faire quand on n'a pas beaucoup d'argent ?

Patenaude, J. (2002). Faire une étude de marché ou une analyse de marché ou que faire quand on n'a pas beaucoup d'argent ? [Documents régionaux]

[img]
Prévisualisation
Texte
CLD_Patenaude_2002_Étude_marché_économie_sociale_A.pdf

Télécharger (328kB) | Prévisualisation

Résumé

Donc, posons‐nous cette question : « Comment relever le défi de bien connaître un marché dans lequel on désire investir quand on n’a pas l’argent pour payer, peu d’expérience, ni une formation dans le domaine de ce marché? À mon sens, la première chose à faire est de comprendre nos limites et de clarifier le but de notre travail. Il faut donc en premier lieu distinguer deux choses. Le groupe qui veut étudier par lui‐même son marché n’a pas en général la formation et les moyens techniques de réaliser une étude de marché. En effet, selon le Petit Larousse, une étude est « un ouvrage exposant les résultats d’une recherche ». Quand on regarde cette définition de plus près, on voit que le terme est lié à des résultats rigoureux, mais aussi à l’application de méthodes scientifiques qui devraient nous permettre de confirmer des hypothèses et d’avoir une certaine assurance quant à la validité des résultats. En ce sens, il faut, à mon avis, laisser ces études aux spécialistes du domaine. Est‐ce à dire que si on n’a pas d’argent pour faire une étude de marché, il ne reste plus qu’à abandonner le projet? Non, bien sûr, mais à mon avis, on ne peut faire une autre forme d’étude à la condition qu’on accepte au départ les limites que cela nous impose : une analyse de marché. Une analyse, selon le Petit Larousse, est « une étude faite en vue de discerner les différentes parties d’un tout, de déterminer ou d’expliquer les rapports qu’elles entretiennent, les unes avec les autres ». Comme on le voit, une analyse n’a pas le côté « démonstration, validation scientifique », mais elle peut permettre de bien appréhender la réalité que vivra le groupe promoteur à son démarrage. Si un entrepreneur collectif a peu d’expérience et peu de formation en administration, il doit réaliser une analyse qui se fera à peu de frais et elle sera utile pour anticiper la réalité qu’il aura à vivre, peu importe la dimension de l’entreprise que l’on veut créer. Mais le groupe doit réaliser les limites de son travail, donc si des sommes importantes sont en cause pour l’investissement dans le démarrage de l’entreprise, mieux vaut compléter son analyse par une étude de marché faite par des professionnels. Il faut cependant se rappeler que dans certains cas, ça coûterait plus cher au groupe de payer l’étude de marché que de démarrer sa petite entreprise.

Type de document: Documents régionaux
Type de documents régionaux: Conférence-Forum-compte rendu
Titre de l'événement: Colloque sur les pratiques novatrices en économie sociale
Type de manifestation: Conférence
Nombre de pages: 8
Éditeur: Centre local de développement Pierre-De Saurel
Statut du texte intégral: Public
Titre de l'événement: Colloque sur les pratiques novatrices en économie sociale
Mots-clés libres: ÉCOF, Entreprise, Étude de marché, Économie sociale, Groupe communautaire autonome, Étapes d'une analyse de marché, Guide
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable > 1.6. Économie, emplois, biens et services
7. Usages
8. Impacts et monitoring > 8.7. Modélisations et indicateurs
Date de dépôt: 13 déc. 2016 00:45
Dernière modification: 22 déc. 2016 16:46
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/954

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.