Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Le développement durable: Une question de processus - Mémoire collectif du Bas-Richelieu

Fortin (dir.), Y. (2007). Le développement durable: Une question de processus - Mémoire collectif du Bas-Richelieu. [Documents régionaux]

[img]
Prévisualisation
Texte
Fortin_2007_mémoire_Statégie_DD_Québec_A.pdf

Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Engagé depuis une vingtaine d’années dans une démarche en développement durable, le Bas-Richelieu a à son actif d’importantes réalisations et son parcours est riche d’acquis et d’informations sur les écueils à éviter. Son expérience opérationnelle peut être d’une grande utilité pour la mise en oeuvre de la Stratégie de développement durable du gouvernement du Québec. Fortement industrialisée pendant de nombreuses décennies, reconnue pour son syndicalisme militant et championne de la pollution sur le fleuve Saint-Laurent, la région du Bas-Richelieu a, depuis une vingtaine d’années, dû revoir sa définition du mot développement. À la suite des pertes d’emplois massives dues à la restructuration de l’économie mondiale, de la grève de 11 mois à Marine Industries en 1984-1985 et de la poursuite des administrateurs de l’entreprise TIOXIDE pour pollution en 1992, les acteurs locaux n’ont eu d’autres choix que de constater que pour résoudre les crises qu’ils rencontraient, ils devaient passer d’une culture de la compétition et de l’affrontement à une culture de la coopération. C’est ainsi que, dès 1985, les patrons et les syndicats réalisaient un premier colloque « Pour un avenir meilleur », qu’était créé en 1988 un regroupement de concertation multisectoriel le Comité d’aide au développement des collectivités (CADC), qu’un premier plan stratégique était réalisé en 1989 et qu’on mettait en place au début des années 90 – avec le soutien financier de Développement économique Canada et des Caisses Desjardins – le Centre de recherche en environnement UQAM/Sorel-Tracy. En outre, l’installation au début des années 90 de Conporec, une usine de tricompostage, et du Recyclo-Centre, une entreprise d’économie sociale – qui deviendra par ailleurs la première ressourcerie reconnue par Québec – nous permet aujourd’hui de dépasser les objectifs gouvernementaux en matière de gestion des résidus domestiques. Depuis, de nombreux partenariats entre les réseaux communautaire, institutionnel, municipal et économique ont permis de développer des outils permettant à notre région de s’inscrire progressivement dans une approche de développement durable. À cet effet, on peut citer : La création d’entreprises d’économie sociale dès le début des années 1990; Les études sur la reconversion économique (ind. de la fabrication d’équipement en environnement) entre 1994 et 1997; Des investissements de dizaines de millions de QIT-Fer et Titane pour améliorer sa performance environnementale; Le 2e Plan stratégique (ind. de l’environnement et de l’écotourisme) et la création du Centre de transfert en écologie industrielle (CTTÉI) en 1999; La création d’un DEC en environnement, hygiène et sécurité au travail au Cégep de Sorel-Tracy; La reconnaissance du lac Saint-Pierre comme réserve de la biosphère en 2000 ainsi que les démarches entreprises par le CTTÉI pour la création du Technocentre en écologie industrielle la même année; Le plan de revitalisation du Vieux-Sorel en 2003, un 3e Plan stratégique fermement orienté vers le développement durable (industrie environnement, Agenda 21 local, agroenvironnement, écologie industrielle, écotourisme, Table de développement social, etc.); La création, en 2003, de la première Table de concertation intersectorielle en bioalimentaire ou du Technocentre en écologie industrielle en 2005; l’élaboration, en 2005-2006, d’un Agenda 21 local par un groupe multisectoriel pour la ville de Sorel-Tracy et la caractérisation de ses milieux naturels en 2007 en prévision de l’élaboration d’un plan de gestion des milieux naturels en 2008. De ces nombreuses expériences, les acteurs du Bas-Richelieu ont pu observer un certain nombre de facteurs qui influencent une démarche se réclamant du développement durable. C’est en s’appuyant sur ces constats que nous comptons aujourd’hui apporter nos commentaires sur un certain nombre d’orientations, d’objectifs et d’actions contenus dans la Stratégie gouvernementale de développement durable du gouvernement du Québec.

Type de document: Documents régionaux
Type de documents régionaux: Mémoire-avis
Titre de l'événement: Projet de Stratégie gouvernementale sur le développement durable
Nombre de pages: 29
Statut du texte intégral: Public
Titre de l'événement: Projet de Stratégie gouvernementale sur le développement durable
Mots-clés libres: CLD du Bas-Richelieu, Développement durable, Environnement, Reconversion industrielle, Économie sociale, Centre de transfert en écologie industrielle (CTTÉI), Agenda 21 local, Plan de gestion des milieux naturels
Sujets: 1. Laboratoire de développement durable
1. Laboratoire de développement durable > 1.1. Développement durable
1. Laboratoire de développement durable > 1.5. Société, qualité de vie, santé, sécurité
1. Laboratoire de développement durable > 1.6. Économie, emplois, biens et services
1. Laboratoire de développement durable > 1.7. Environnement, écologie, écosystème
1. Laboratoire de développement durable > 1.8. Pratiques exemplaires, guides, outils
Date de dépôt: 13 déc. 2016 01:52
Dernière modification: 29 déc. 2016 16:37
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/956

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.