Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Influence de la navigation commerciale et de la navigation de plaisance sur l'érosion des rives du Saint-Laurent dans le tronçon Cornwall - Montmagny : Rapport final

Dauphin, D. (2000). Influence de la navigation commerciale et de la navigation de plaisance sur l'érosion des rives du Saint-Laurent dans le tronçon Cornwall - Montmagny : Rapport final. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Dauphin_2000_erosion_A.pdf

Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Une analyse exhaustive des données récoltées sur l’érosion au cours des dernières années nous a permis d’évaluer les impacts du batillage sur les rives du tronçon du Saint-Laurent compris entre Cornwall et Montmagny. Il appert ainsi que le batillage généré par les navires commerciaux circulant dans la voie navigable entraînerait un impact sur les rives jusqu'à des distances de l’ordre de 800 m. Dans le tronçon à l’étude, environ 250 km ou 15% des rives se retrouvent dans la zone d’influence des navires. Le batillage a été identifié comme étant un des facteurs responsables de l’érosion des rives. Toutefois, il a été établi que le batillage n’est jamais le seul facteur d’érosion, même pour les navires circulant à moins de 100 m des berges. Plusieurs facteurs jouent en synergie et l’influence des navires commerciaux n’aurait été tout au plus responsable que de 60% de l’érosion notée sur une rive en particulier durant la période comprise entre 1964 et 1983. Le batillage des navires commerciaux exercerait une influence sur uniquement 15% de l’ensemble des rives en érosion du tronçon étudié excluant les impacts au niveau de la plate-forme littorale. L’influence du batillage se veut principalement concentrée dans le secteur Montréal-Sorel où 85% de l’érosion totale imputable aux navires commerciaux entre Cornwall et Montmagny y a été associé. Les navires n’auraient, par contre, qu’une influence minime sur l’érosion des rives du lac Saint-François et du lac Saint-Pierre. La présente étude a permis d’estimer à quelque 1 000 000 de m3 les volumes de matériaux annuellement érodés des rives (excluant la plate-forme littorale) durant la période comprise entre 1964 et 1983. De ce volume, la portion relative au batillage des navires serait de l’ordre de 15%. La quantité de sédiments générés par les talus et retrouvés dans le dragage imputable au batillage semble marginale et a été évaluée à environ 1.5%. L’érosion causée par le batillage des navires commerciaux et de plaisance menacent toutefois certains éléments biologiques de plusieurs milieux insulaires du tronçon Montréal-Sorel. Des recommandations pour diminuer la vitesse des navires au niveau de cinq transects du secteur Montréal-Sorel présentant des éléments de grande valeur biologique et totalisant quelque 30 km, sont fournies.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 194
Éditeur: Service du transport maritime et aérien
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Navigation commerciale, Navigation de plaisance, Batillage, Vitesse des navires, Érosion des rives, Saint-Laurent, Tronçon Cornwall - Montmagny
Sujets: 2. Milieu physique > 2.4. Hydrologie
6. Milieu humain > 6.3. Navigation commerciale
8. Impacts et monitoring > 8.1. Qualité de l’eau
Date de dépôt: 02 janv. 2017 16:17
Dernière modification: 02 janv. 2017 16:17
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/985

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.