Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé, plan d'acquisition d'habitats et d'aménagements fauniques

Bourgeois, J-C. et Picard, J. et Dolan, D. et Desjardins, S. (1989). Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé, plan d'acquisition d'habitats et d'aménagements fauniques. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Bourgeois et al_1989_habitats_aménagements fauniques_12_A.pdf

Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Le projet propose la protection, l’aménagement et la mise en valeur d’un habitat exceptionnel pour la sauvagine au Québec. Il s’inscrit dans la stratégie de conservation des habitats du Québec et correspond aux objectifs de l’Entreprise Conjointe sur les habitats de l’Est laquelle découle du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine. Localisé dans la plaine d’inondation du secteur Saint Barthélemy/Saint-Joseph-de Maskinongé, au milieu de la voie migratoire de l’Atlantique, le site représente, pour les canards barboteurs, la deuxième plus importante halte migratoire printanière de tout le Saint-Laurent.

Le territoire est classé habitat prioritaire pour la sauvagine dans la Loi québécoise sur la conservation et la mise en valeur de la faune et de son habitat. Dans le plan de protection du Service Canadien de la Faune, il est classé de qualité très élevée à supérieure pour l’arrêt migratoire de la sauvagine. L’importance de ce territoire déborde largement des frontières régionales et québécoises, car il constitue une composante primordiale des habitats de la sauvagine dans la voie de migration de l’Atlantique qui survole les provinces de l’est du Canada et les états américains de la côte est. Le projet couvre une superficie de 698 hectares dont 100 hectares sont des terres publiques propriété du Gouvernement du Québec. Environ 58 propriétaires détiennent les titres de propriété des autres 598 hectares. Malgré un fort potentiel pour la faune et l’agriculture, le territoire présente des contraintes qui limitent son utilisation. Ainsi, de faibles crues ou un retrait hâtif des eaux déplacent la sauvagine vers des habitats moins productifs et moins sécuritaires. L’absence de marais permanents réduit le potentiel de reproduction de la sauvagine. La persistance de l’inondation ou une crue tardive réduit les possibilités agricoles du territoire. Cette proposition vise à préserver un habitat faunique très important de toute dégradation possible qui pourrait résulter des projets d’endiguement et d’assèchement des terres pour l’agriculture. L’approche retenue favorisera donc une harmonisation des aménagements pour le développement de l’agriculture dans le respect des habitats fauniques.

Les aménagements seront destinés à la reproduction des canards, la halte migratoire de la sauvagine ainsi que la reproduction et l’alevinage des poissons. La création de bassins avec mise en eau permanente (110 ha) favorisera la formation des couples, l’élevage des couvées et l’arrêt migratoire de la sauvagine. L’implantation de haltes migratoires (588 ha) maintiendra un niveau d’eau stable qui favorisera l’alimentation des oiseaux lors de l’arrêt migratoire. Les dates d’évacuation des eaux adaptées aux exigences de la faune permettront aussi une amélioration de l’agriculture. Le Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche coordonnera la réalisation de l’ensemble du projet. La Fondation de la faune du Québec réalisera le programme d’acquisition des terres privées. Canards Illimités Canada financera et réalisera les différents aménagements pour la sauvagine. Environnement Canada (Service canadien de la faune) et Habitat faunique Canada participeront au financement du projet. Le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation collaborera à la réalisation des plans et devis de la partie agricole des aménagements. La Fondation Héritage Faune sera l’organisme récipiendaire des titres de propriété. La gestion du territoire sera assurée par un comité permanent de gestion formé de représentants de la Fondation Héritage Faune, de l’Association de chasse et pêche du comté de Maskinongé et de Canards Illimités Canada. Le comité aura comme tâches principales d’assurer la mise en valeur de la faune et des habitats et d’assumer la gestion des activités d’utilisation qui auront lieu sur le territoire. Le coût du projet est estimé à 1 397 500$ can. et se répartit comme suit: 1) Acquisition de 298 hectares de terres d’une valeur approximative de 372 500$ can.;2) Transfert de 100 hectares de terres publiques (125 000$ can.) propriété du Gouvernement du Québec à la Fondation Héritage Faune; 3) Le coût de l’aménagement des 698 hectares est estimé à 900 000$ can. Les bénéfices du projet se concrétisent dans trois volets: 1) pour la faune, on assure la protection et l’amélioration d’une halte migratoire d’importance internationale (371 000 oiseaux/jour/an); 2) pour le public, les principaux bénéfices seront l’augmentation du nombre des sites d’observation et d’interprétation de la faune et une amélioration des possibilités de récolte pour les chasseurs; 3) pour l’agriculture, l’amélioration du drainage agricole et le contrôle des eaux de crues printanières et automnales devraient permettre de meilleures récoltes. Finalement, pour en garantir une protection à long terme, nous recommandons d’accorder le statut de refuge faunique à cet habitat primordial pour la sauvagine.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 17
Éditeur: Ministère Loisir, Chasse et Pêche
Lieu de publication: Trois-Rivières
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Saint-Barthélémy, Saint-Joseph-de-Maskinongé, Aménagements fauniques, Agriculture
Sujets: 4. Faune > 4.4. Oiseaux
5. Aménagements > 5.1. Aménagement faunique
5. Aménagements > 5.2. Conservation de l’habitat
5. Aménagements > 5.3. Récréatif et éducatif
5. Aménagements > 5.5. Saint-Barthélemy / Saint-Joseph-de-Maskinongé
6. Milieu humain > 6.2. Agriculture
Date de dépôt: 07 juin 2016 01:43
Dernière modification: 02 oct. 2020 17:44
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/101

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.