Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

État du stock de perchaudes dans le secteur du pont Laviolette – Saint-Pierre-les-Becquets en 2017

Magnan, P. et Brodeur, P. et Paquin, É. et Vachon, N. et Paradis, Y. et Dumont, P. et Mailhot, Y. (2018). État du stock de perchaudes dans le secteur du pont Laviolette – Saint-Pierre-les-Becquets en 2017. [Rapport – bilan]

[img]
Prévisualisation
Texte
Magnan et al_2018_Avis_scientifique_perchaude_A.pdf

Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Un moratoire de cinq ans interdisant la pêche sportive et commerciale à la perchaude a été instauré dans le tronçon fluvial situé en aval du lac Saint-Pierre (du pont Laviolette à Saint-Pierre-les-Becquets) le 3 mai 2013. Le lac Saint-Pierre, immédiatement en amont, fait aussi l’objet d’un tel moratoire depuis 2012 et celui-ci a été reconduit pour une seconde période de cinq ans en 2017, en raison de l’état du stock de perchaudes qui est demeuré très précaire. Le présent avis a pour objectif d’évaluer l’état du stock de perchaudes du tronçon du pont Laviolette - Saint-Pierre-les-Becquets après quatre ans et demi d’arrêt de la pêche ainsi que sa capacité à soutenir une éventuelle pêcherie durable. Pour ce faire, les résultats des pêches scientifiques du Réseau de suivi ichtyologique (RSI) du fleuve Saint-Laurent en 2017 ont été comparés à ceux obtenus durant la période 1996-2012. Les constats sont les suivants :
 L’arrêt de la pêche sportive et commerciale pendant quatre ans et demi s’est traduit par une diminution du taux annuel de mortalité totale de l’ordre de 20 %, passant de 65 % en 2012 à 44 % en 2017. Cette réduction de la mortalité a contribué à la tendance à la hausse de l’abondance des perchaudes âgées de quatre ans et plus, observée en 2017. La protection accrue attribuable au moratoire n’a toutefois pas engendré les bénéfices escomptés sur les autres indicateurs de l’état du stock ;
 L’abondance de la perchaude dans le tronçon fluvial du pont Laviolette - Saint-Pierre-les-Becquets demeure très faible, et ce, même après quatre ans et demi de moratoire. Elle est de quatre à cinq fois plus faible que celle mesurée en 2001 (en nombre et en biomasse par unité d’effort) et ne montre aucune augmentation par rapport à 2012 ;
 La protection accrue des reproducteurs à la suite de l’instauration du moratoire n’a pas permis de renverser le déclin de l’abondance des femelles matures (en biomasse par unité d’effort), et ce, malgré l’augmentation de leur poids moyen. En 2017, la biomasse par unité d’effort des femelles matures présentait une diminution significative de l’ordre de 75 % par rapport à 2001 et aucune amélioration par rapport à 2012 ;
 La production de jeunes perchaudes demeure déficiente, comme en témoigne la faible abondance des individus âgés d’un, de deux et de trois ans en 2017, soit des cohortes produites après l’application du moratoire. L’aire de dispersion des perchaudes âgées d’un et de deux ans est également réduite par rapport à celle observée en 2001 et ne montre aucune amélioration depuis l’instauration du moratoire. La faible abondance des jeunes groupes d’âge, à laquelle s’ajoute une diminution de leur taux de croissance, limite la capacité du stock à se renouveler et à se rétablir ;
 Des changements similaires et synchrones dans la composition de la communauté de poissons se manifestent au lac Saint-Pierre et dans le tronçon du pont Laviolette - Saint-Pierre-les-Becquets. Ceux-ci sont en défaveur de la perchaude et témoignent vraisemblablement d’une détérioration des habitats aquatiques dans l’ensemble de cette portion du fleuve Saint-Laurent.
Le Comité considère que le stock de perchaudes du tronçon fluvial du pont Laviolette - Saint-Pierre-les-Becquets est toujours effondré en 2017 et qu’il ne peut soutenir une pêcherie durable. La population de perchaudes y est vieillissante et les recrues sont peu abondantes. La faible qualité de son stock reproducteur a pour effet de compromettre le renouvellement de la population et sa pérennité. Le comité recommande donc de maintenir le moratoire sur la pêche commerciale et sportive à la perchaude jusqu’à nouvel ordre et de réévaluer la situation sur la base de suivis scientifiques périodiques. Le déclin prononcé de la perchaude et les changements observés dans la composition de la communauté de poissons sont symptomatiques d’un milieu détérioré, qui nécessite des actions concrètes et à large échelle, visant l’amélioration de la qualité de l’eau et des habitats aquatiques de ce tronçon du fleuve.

Type de document: Rapport – bilan
Type de document ou de rapport: Rapports Techniques
Nombre de pages: 27
Éditeur: Comité scientifique sur la gestion de la perchaude du lac Saint-Pierre. Chaire de recherche du Canada en écologie des eaux douces, Université du Québec à Trois-Rivières et ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
Lieu de publication: Trois-Rivières
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Perchaude, État du stock, Pêche sportive, Pêche commerciale, Pêcherie durable
Sujets: 4. Faune > 4.2. Poisson
8. Impacts et monitoring > 8.2. Études de suivi
8. Impacts et monitoring > 8.4. Population de perchaude
Date de dépôt: 24 nov. 2019 22:35
Dernière modification: 02 déc. 2019 18:48
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/1442

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.