Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Synthèse des connaissances sur les communautés biologiques de lac Saint-Pierre : rapport technique, zone d’intérêt prioritaire no. 11

Langlois, C. et Lapierre, L. et Léveillé, M. et Turgeon, P. et Ménard, C. (1992). Synthèse des connaissances sur les communautés biologiques de lac Saint-Pierre : rapport technique, zone d’intérêt prioritaire no. 11. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Langlois et al_1992_synthèse_connaissances_communautés_biologiques_35_A_2.pdf

Télécharger (11MB) | Prévisualisation

Résumé

Dans le cadre du programme Zones d’intérêt prioritaire (ZIP) du Plan d’action Saint-Laurent, nous avons effectué une synthèse des connaissances actuelles sur les communautés biologiques présentes dans la ZIP du lac Saint-Pierre. D’une superficie totale de près de 480 km², le lac Saint-Pierre abrite des habitats à productivité biologique élevée. Il revêt de plus, une importance socio économique considérable. Il supporte une des plus importantes pêcheries commerciales d’Esturgeon jaune (plus de 150 t) et la plus importante héronnière (844 nids) en Amérique du nord. C’est également au lac Saint-Pierre que les chasseurs abattent la plus grande quantité de canards barboteurs (40 000) et plongeurs (15 000), comptant respectivement pour 22 p.100 et 15 p.100 de la récolte de tout le fleuve Saint-Laurent. La plaine de débordement est utilisée par de nombreuses espèces de poissons, d’amphibiens et d’oiseaux pour la reproduction, l’alimentation ou comme halte migratoire. Cette dernière est considérée comme la plus importante halte de la voie migratoire de l’Atlantique, avec une fréquentation printanière de 140 000 oies, bernaches et canards barboteurs. L’utilisation de ce territoire par l’Oie des neiges s’est accrue considérablement au cours des dernières années, alors que le nombre d’individus est passé de 300 en 1979 à 100 000 en 1990. Le niveau d’eutrophisation du lac est relativement élevé, principalement près des herbiers et des rives. La diversité biologique est faible chez certains groupes, en particulier les macro-invertébrés benthiques, dont la communauté est composée surtout d’espèces tolérantes (Tubificidés). Le niveau de contamination des organismes est significatif pour plusieurs substances toxiques, dont l’arsenic, le plomb, le mercure, le DDT et ses dérivés, le mirex, le chlordane, la dieldrine, l’hexachlorobenzène, le pentachlorophénol et les BPC. Il existe peu d’information disponible sur la santé des organismes aquatiques. Cependant, certains indicateurs biochimiques et histologiques, utilisés en 1989 dans les trois lacs fluviaux, suggèrent que les poissons du lac Saint-Pierre subissent un stress à toutes les stations échantillonnées. On note la présence de plusieurs espèces de plantes, de poissons et d’oiseaux considérées comme rares, menacées ou sensibles; pour en assurer la protection, il est souhaitable d’augmenter la superficie des terres qui bénéficient d’un statut de conservation.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 236
Éditeur: Centre Saint-Laurent, Environnement Canada
Lieu de publication: Canada
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Synthèse des connaissances, Communautés biologiques, Lac St-Pierre, Zone d'intérêt prioritaire no. 11
Sujets: 3. Végétation, milieux humides
4. Faune
5. Aménagements > 5.2. Conservation de l’habitat
7. Usages > 7.1. Pêche
7. Usages > 7.2. Chasse
8. Impacts et monitoring > 8.1. Qualité de l’eau
8. Impacts et monitoring > 8.6. Synthèse des connaissances
Date de dépôt: 14 août 2016 14:04
Dernière modification: 27 oct. 2020 18:57
ISBN: 0-662-96734-8
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/342

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.