Bibliothèque Électronique Lac Saint-Pierre

Baie-du-Febvre/Nicolet-Sud - Projet d'aménagement faunique et agricole

Bourgeois, J-C. et Dolan, D. et Gauthier, C. et Hart, C. et Lafleur, M. et Picard, J. et Laniel, J-P. et Plante, P. et Courchesne, Y. et Gagné, L. (1989). Baie-du-Febvre/Nicolet-Sud - Projet d'aménagement faunique et agricole. [Publication gouvernementale]

[img]
Prévisualisation
Texte
Bourgeois et al_1989_BDF_aménagement_faunique_agricole_A.pdf

Télécharger (4MB) | Prévisualisation

Résumé

La plaine d’inondation du lac Saint-Pierre constitue la plus importante halte migratoire printanière de tout le fleuve Saint-Laurent. Plus de 150 000 oies, bernaches, et canards s’y arrêtent chaque printemps, ce qui représente environ 50 % des Bernaches du Canada, 30 % des canards barboteurs et 25 % des Oies blanches utilisant la voie migratoire du Saint-Laurent. C’est dans la zone Baie-du Febvre / Nicolet-Sud que l’on retrouve les plus grandes concentrations de sauvagine en migration printanière au Québec (Fig.i).

Les objectifs de ce projet sont d’une part d’augmenter la productivité des terres agricoles et d’autre part, d’acquérir, de protéger et d’aménager pour la faune une partie des terres agricoles situées dans la plaine d’inondation du lac Saint-Pierre. Ces terres de tenure privée constituent des habitats exceptionnels pour la sauvagine en migration printanière et pour les poissons qui viennent s’y reproduire et s’y alimenter.

En 1981, en s’inspirant d’un projet de récupération de terres riveraines du lac Saint-Clair en Ontario de même que de celui des aboiteaux de Kamouraska, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation présenta un projet visant à endiguer ces terres afin de les ensemencer plus tôt au printemps et d’en augmenter ainsi la rentabilité. Plusieurs groupes de citoyens impliqués dans la protection de l’environnement ont fait connaître leur opposition au projet. De nombreuses négociations entre les agences agricoles et fauniques furent entreprises au cours des 5 dernières années, mais sans pouvoir aboutir à une solution de compromis pouvant satisfaire chacune des parties.

En 1987, les agriculteurs, faisant face récemment à de sérieuses pertes de revenus et n’entrevoyant aucun progrès dans leur projet d’endiguement, se sont montrés disposés à vendre leurs terres. Ils ont approché un organisme local, appelé SARCEL, pour les aider à trouver une solution à leurs problèmes.

Type de document: Publication gouvernementale
Nombre de pages: 42
Éditeur: Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche; Canards Illimités Canada; S.A.R.C.E.L.; Habitat Faunique Canada
Lieu de publication: Québec
Statut du texte intégral: Public
Mots-clés libres: Baie-du-Febvre, Nicolet-Sud, Sauvagine, Poisson, Agriculture, Aménagement faunique
Sujets: 4. Faune > 4.2. Poisson
4. Faune > 4.4. Oiseaux
5. Aménagements > 5.1. Aménagement faunique
5. Aménagements > 5.4. Baie-du-Febvre
6. Milieu humain > 6.2. Agriculture
Date de dépôt: 07 juin 2016 01:26
Dernière modification: 18 août 2020 20:06
URI: http://belsp.uqtr.ca/id/eprint/98

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt
Coopérative de solidarité de la Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre
Concepteur de la BELSP : André Barabé, Ph. D.